© domaines français de Sainte-Hélène

L’entrée de Longwood House par la salle du Billard avec vue sur le site de Deadwood

les domaines français de Sainte-Hélène

                

             Les lieux napoléoniens de l’île sont devenus, depuis 1857, des domaines français, gérés le Ministère des Affaires Étrangères qui prend en charge l’entretien courant. Depuis plusieurs années maintenant, les visiteurs de passage – cinq à six mille personnes selon les années – peuvent découvrir l’existence de ce qui est devenu un véritable musée avec neuf cents articles exposés dont près de cent meubles originaux. Le but recherché est de rendre à la maison son aspect de 1821, année de la mort de Napoléon. 

 

             Depuis 2004, les possessions françaises à Sainte-Hélène ont été rattachées administrativement au Consulat de France au Cap.

Image copyrights Domaines français de Sainte-Hélène - Tous droits de reproduction réservés.

Le pavillon des Briars

 

Le pavillon a été offert à la France en 1959 par Mme Mabel Brooks, arrière-petite-fille de William Balcombe. En 1994, l’État français lui a sensiblement redonné son apparence de 1821, ainsi qu’à ses extensions réalisées en 1817 pour l’amiral anglais, qui constituent actuellement les bureaux de la conservation.

Image copyrights Domaines français de Sainte-Hélène - Tous droits de reproduction réservés.

La Tombe de Napoléon

 

                 Après l'inhumation, la tombe fut gardée constamment par des sentinelles. Simple précaution, afin d'éviter que le corps de l'exilé ne soit enlevé, précaution qui perdura jusqu’au 15 octobre 1840 où l'expédition « Belle-poule » mandatée par Louis Philippe rapatria le corps en France.

         C'est en France, aux Invalides, qu'il repose désormais… près de la Seine.

Image copyrights Domaines français de Sainte-Hélène - Tous droits de reproduction réservés.